Obésité infantile et juvénile

L’obésité touche environ 17 pour cent des jeunes, et près du tiers des enfants et des adolescents sont en surpoids ou obèses. Depuis 1979, les taux d’obésité chez les enfants et les jeunes ont triplé, ce qui accroît considérablement le risque de problèmes de santé physique et émotionnelle et fait que les enfants risquent de rester obèses durant toute leur vie adulte.

L’obésité de l’enfance est multifactorielle, mais les gènes, l’environnement, l’inactivité physique, les comportements alimentaires et la situation socioéconomique sont les principales causes.

Impact de l’obésité infantile et juvénile

L’obésité précoce accroît le risque de problèmes de santé physique :

  • hypertension ou maladie cardiaque
  • diabète de type 2
  • apnée du sommeil et autres problèmes respiratoires
  • cycles menstruels anormaux ou irréguliers
  • douleurs osseuses et articulaires
  • manque d’équilibre

Les enfants vivant dans un corps plus gros risquent davantage d’être victimes de moqueries et d’intimidation, ce qui peut pertuber leur santé mentale, avec les conséquences suivantes :

  • faible estime de soi et image corporelle négative
  • dépression
  • solitude et difficultés à se faire des amis
  • troubles alimentaires

L’importance du soutien familial

Les membres de la famille devraient s’impliquer dans tout programme de gestion du poids pour les enfants et les adolescents car ils jouent un rôle pivotal dans la nutrition, l’activité physique et le bien-être de l’enfant. En tant que parent, il est important d’aborder le sujet du poids avec votre enfant dans un langage sensible et approprié, en examinant d’abord votre propre perception et vos attitudes concernant le poids et en évitant les commentaires négatifs à propos du poids de votre enfant ou d’une autre personne en sa présence.  

Le traitement qu’un enfant reçoit à la maison se reflétera dans la façon dont il réagit à la stigmatisation du poids dans le monde extérieur. C’est pourquoi il importe d’avoir un environnement sûr et sécurisant, à l’abri des insultes et de l’humiliation, et de bâtir la confiance de l’enfant.

Voici quelques règles qui peuvent être mises en place à la maison:

Pas de politique concernant les régimes ou la nourriture

Personne à la maison ne devrait suivre un régime amaigrissant; l’accent devrait plutôt être mis sur les aliments sains complets, savoureux et nutritifs, sans restriction ni surveillance.

Pas de stigmatisation du poids

La grossophobie et la glorification de la minceur ne devraient pas être permises de la part des membres de la famille, des amis ou des étrangers. Au contraire, tous les types de corps devraient être acceptés, dans un environnement d’amour et de bienveillance.

Pas de balance

La priorité devrait être accordée à la santé, non à des chiffres sur une balance.

Image positive du corps

Acceptez et aimez votre enfant, quel que soit son tour de taille. Cela vaut aussi pour les frères et sœurs, qui sont souvent une source d’humiliation et de moqueries.

Prise en charge de l’obésité chez l’enfant

Le traitement de l’obésité chez les enfants diffère quelque peu de celui des adultes car les parents sont responsables de la nutrition, de l’activité physique et des autres habitudes de vie de leur enfant. 

Il est recommandé de consulter un médecin en cas de maladies préexistantes ou sous-jacentes susceptibles d’occasionner une prise de poids. Le fournisseur de soins doit être au fait des antécédents familiaux, de tout traumatisme physique ou mental et de tout autre facteur prédisposant l’enfant à l’embonpoint et, de concert avec les parents, mettre en place des structures personnalisées, réalistes et pragmatiques.

Voici les principaux types d’interventions:

Intervention nutritionnelle

Les enfants et les adolescents en obésité sont généralement orientés vers un ou une diététiste, qui leur expliquera les saines habitudes alimentaires, notamment le contrôle des portions, les choix d’aliments nutritifs, la lecture des étiquettes des produits alimentaires, et les aidera à les mettre en application de façon durable.

Activité physique

Ce type d’intervention est très important pas seulement pour la gestion du poids mais pour la santé en général. Les recommandations de la SCPE sont les suivantes pour les enfants de 5 à 17 ans :

  • au moins 60 minutes par jour en moyenne d’activité physique d’intensité modérée à élevée;
  • plusieurs heures additionnelles d’activité physique de légère intensité dans le cadre d’activités structurées et non structurées.

Intervention comportementale

Comme les comportements et les habitudes de vie débutent à un jeune âge, il y aurait lieu d’enseigner aux parents et à leurs enfants à faire des choix judicieux à long terme et à modifier leurs comportements pour améliorer leurs habitudes alimentaires, à augmenter leur niveau d’activité physique, à pratiquer des activités de groupe et à instaurer des systèmes de gestion du poids réalistes.

Next

Prise en charge de l’obésité
L’obésité de l’enfance est multifactorielle, mais les gènes, l’environnement, l’inactivité physique, les comportements alimentaires et la situation socioéconomique sont les principales causes.
Lire la suite